Après l’attaque du virus WannaCry, il est temps que vous preniez la sécurité informatique au sérieux

150 pays touchés, 250 000 victimes, des hôpitaux et des entreprises paralysés… le "rançongiciel" WannaCry est terrifiant, et ce n’est que le début.

Le virus CryptoLocker est un virus qui crypte toutes les données des ordinateurs et des serveurs. La nouvelle version de ce virus, sortie en janvier 2017, crypte aussi toutes les sauvegardes des serveurs (Support externe.)  Le virus crypte vos fichiers avec une clé RSA-2048. Cette attaque porte un nom particulier: "ransomware" ou "rançongiciel" en français. Son mode de fonctionnement? Le logiciel malveillant verrouille et crypte les fichiers des utilisateurs et les force à payer une rançon allant de centaines à plusieurs milliers de dollars, sous forme de monnaie virtuelle bitcoin.

Qui peut être touché?
 

Absolument tout le monde. Des entités d'Etat aux particuliers, en passant par les collectivités locales ou encore les PME. Ces dernières sont d'ailleurs de plus en plus visées par les pirates, car plus avantageuses que les grosses entreprises.

 

DTEL en a fait l’expérience , un client a dû payer plus de 3 000 € pour récupérer ses fichiers décryptés.

Aujourd’hui, le cas le plus répandu de transmission d’un « virus » est la pièce jointe piégée envoyée par courriel – il s’agit d’un fichier ZIP compressé, document Microsoft Word ou Adobe PDF le plus souvent. Le « CTB Locker » – inséré dans de faux mails de relance de facture – a touché la France au début de l’année 2015. Plus récemment, certains logiciels malveillants se sont également diffusés via des fenêtres « pop-up » de publicités invasives, sur lesquelles il ne fallait surtout pas cliquer.

Vous avez dû entendre parler de l’hôpital de Los Angeles qui a versé 17 000 dollars au groupe de pirates qui a paralysé son réseau informatique en chiffrant ses fichiers. Le paiement de cette rançon va probablement raviver le débat sur les ransomwares et sur la façon de traiter avec une cybercriminalité de plus en plus présente.

Pour en savoir plus :
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-un-hopital-paie-17000$-pour-recuperer-sesfichiers-
cryptes-63961.html

Notre société est fermée physiquement.

Nous intervenons par mail, téléphone, et à distance quand cela est possible.

Notre service de commande est opérationnel mais ralenti. Nous regroupons les livraisons pour ne faire une présence physique à la société d'une fois par semaine pour vous permettre de récupérer vos commandes.

 

N'hésitez pas à nous laisser vos coordonnées, nous reviendrons vers vous.

 

L'équipe de DTEL vous remercie de votre compréhension.

Protégez les autres, c’est aussi se protéger soi-même et ses proches. Respectons ensemble toutes les mesures d’hygiène et les gestes barrières.

Après l’attaque du virus WannaCry, il est temps que vous preniez la sécurité informatique au sérieux

150 pays touchés, 250 000 victimes, des hôpitaux et des entreprises paralysés… le "rançongiciel" WannaCry est terrifiant, et ce n’est que le début.

Le virus CryptoLocker est un virus qui crypte toutes les données des ordinateurs et des serveurs. La nouvelle version de ce virus, sortie en janvier 2017, crypte aussi toutes les sauvegardes des serveurs (Support externe.)  Le virus crypte vos fichiers avec une clé RSA-2048. Cette attaque porte un nom particulier: "ransomware" ou "rançongiciel" en français. Son mode de fonctionnement? Le logiciel malveillant verrouille et crypte les fichiers des utilisateurs et les force à payer une rançon allant de centaines à plusieurs milliers de dollars, sous forme de monnaie virtuelle bitcoin.


Qui peut être touché?
 

Absolument tout le monde. Des entités d'Etat aux particuliers, en passant par les collectivités locales ou encore les PME. Ces dernières sont d'ailleurs de plus en plus visées par les pirates, car plus avantageuses que les grosses entreprises.

 

DTEL en a fait l’expérience , un client a dû payer plus de 3 000 € pour récupérer ses fichiers décryptés.

Aujourd’hui, le cas le plus répandu de transmission d’un « virus » est la pièce jointe piégée envoyée par courriel – il s’agit d’un fichier ZIP compressé, document Microsoft Word ou Adobe PDF le plus souvent. Le « CTB Locker » – inséré dans de faux mails de relance de facture – a touché la France au début de l’année 2015. Plus récemment, certains logiciels malveillants se sont également diffusés via des fenêtres « pop-up » de publicités invasives, sur lesquelles il ne fallait surtout pas cliquer.

Vous avez dû entendre parler de l’hôpital de Los Angeles qui a versé 17 000 dollars au groupe de pirates qui a paralysé son réseau informatique en chiffrant ses fichiers. Le paiement de cette rançon va probablement raviver le débat sur les ransomwares et sur la façon de traiter avec une cybercriminalité de plus en plus présente.

Pour en savoir plus :
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-un-hopital-paie-17000$-pour-recuperer-sesfichiers-

Protégez-vous des virus CryptoLocker

Aujourd’hui, aucun anti-virus n’a la solution pour bloquer à 100% ce virus… Ce type de virus est de plus en plus dangereux, personne n’est à l’abri, vous pouvez l’attrapez du jour au lendemain même avec une protection avancée.

 

Encore un exemple :

Victime d'un piratage informatique, la société Clermont Pièces va fermer boutique.

Pour en savoir plus :https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand/economie/commerce-artisanat/2017/09/22/victime-d-un-piratage-informatique-la-societe-clermont-pieces-va-fermer-boutique_12561803.html

Suite au virus CryptoLocker, DTEL vous propose des sauvegardes à distance de vos données 100% sécurisées.

DTEL s'est spécialisé dans les sauvegardes, en cas d'infection, vous pourrez reprendre votre activité rapidement. Protégez votre entreprise au plus vite  !
Contactez nous au 05 34 46 17 72 ou sur contact@dtel.fr pour plus d'information.